Dictées nouvelles CM2 collège textes contemporains

Objectif : Améliorer l’orthographe par la pratique de la dictée.
Voici mes dictées nouvelles qui font suite aux 101 dictées déjà mises en ligne.
Attention, la dictée, donnée de manière traditionnelle, permet principalement de contrôler le niveau de l’élève. Pour que la dictée devienne un véritable outil de progrès, elle doit être guidée d’une façon ou d’une autre.
[Mots clefs : la dictée]

Jules Romains en 1934

Knock de Jules Romains

Objectif : Fournir un beau texte aux élèves de CM2 : Knock de Jules Romains
Dans le village de Saint-Maurice, le docteur Knock succède à un médecin qui n’avait aucun client. Il offre donc des consultations gratuites pour attirer des patients et… les convaincre qu’ils sont gravement malades. Il leur fait comprendre que leur guérison demandera beaucoup d’argent : Knock est un escroc !

Le secret de Maître Cornille

Le secret de Maître Cornille d’Alphonse Daudet

Objectif : Fournir un beau texte d’Alphonse Daudet pour CM2 qui pourra être tout simplement lu pour le plaisir, ou bien reconstitué, mémorisé, mis en scène, etc.
Voici le début de ce beau texte d’Alphonse Daudet pour CM2 :
« Le moulin tournait chaque jour, mais, chose singulière, la chambre de la meule était vide… Pas un sac, pas un grain de blé, pas la moindre farine aux murs ni sur les toiles d’araignées… On ne sentait pas même cette bonne odeur de froment écrasé qui embaume dans les moulins… L’arbre de couche était couvert de poussière et le grand chat maigre dormait dessus. La pièce du bas avait le même air de misère et d’abandon : un mauvais lit, quelques guenilles, un morceau de pain sur une marche d’escalier, et puis, dans un coin, trois ou quatre…»

Texte de René Chambe pour CM2

Objectif : Fournir un beau texte qui pourra être tout simplement lu pour le plaisir, ou bien reconstitué, mémorisé, mis en scène, etc.
« Les deux oiseaux (ration pour une grande personne) sont toujours là.
Rassurés, ils commencent à se détendre, à marcher, à picorer. Ma présence ne paraît guère les inquiéter. Voici qu’ils me tournent le dos. C’est l’instant ou jamais !
Rampant, tel un Peau-Rouge, sous les feuillages, tenant mon arme bien serrée dans la main droite, je ne suis plus qu’à deux pas du premier. Il ne m’a pas vu. D’un geste, que l’émotion fait trembler (non, il ne s’agit pas du geste d’appuyer sur la détente, je n’ai pas de fusil, c’est beaucoup plus simple et tout aussi efficace), je lui lance une poignée de… » – 851 mots